Cas clinique

Grand Prix 2016 - 3e lauréat - J'hallucine… Je passe à la radio !

Mis en ligne le 21/12/2016

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 1,01 Mo)

Alors que les neurosciences contribuent depuis plusieurs années à améliorer la compréhension et la prise en charge de la schizophrénie, ce trouble reste stigmatisé. Cette pathologie, qui affecte globalement 1 % de la population mondiale, est souvent le lit de croyances erronées. Elle est fréquemment assimilée par l'opinion publique à des termes négatifs comme “folie” ou “dangerosité”. Les médias viennent renforcer et véhiculer cette image, probablement par méconnaissance plus que par réel désir de nuire. Les victimes sont les “usagers” dont l'isolement social se voit renforcé.

C'est pour essayer de modifier ces schémas de pensée et leurs conséquences que nous allons exposer dans l'article qui suit un projet pluridisciplinaire et innovant mis en place au secteur 3 du centre hospitalier régional universitaire de Brest.

Liens d'interêts

P.F. Bazziconi et les coauteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

auteurs
M Pierre-François BAZZICONI

Interne, Psychiatrie, Internat, diplôme d’études spécialisées, Brest, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Morgana LE BIHAN

Médecin, Psychiatrie, CHRU Brest, site Hôpital Bohars, Brest, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Psychiatrie
thématique(s)
Schizophrénie
Mots-clés