Dossier

Spécificités psychopharmacologiques chez les hommes et les femmes

Mis en ligne le 30/09/2022

Auteurs : B. Nobile, E. Olié, P. Courtet

  • Les femmes consomment plus fréquemment des psychotropes que les hommes.
  • À posologie identique, les femmes ont des concentrations plasmatiques de psychotropes plus élevées que les hommes.
  • Les femmes déclarent plus d'effets indésirables en lien avec les psychotropes.
  • Elles ont une moins bonne adhésion thérapeutique sur le long terme, en lien probable avec la survenue d'effets indésirables plus fréquents, qui doivent donc être régulièrement évalués par le clinicien.
  • Le statut hormonal particulier de la femme et son changement tout au long de sa vie doit amener à des adaptations thérapeutiques continuelles.
Liens d'interêts

B. Nobile, E. Olié et P. Courtet déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec cet article.

auteurs
Dr Bénédicte NOBILE

Médecin, Psychiatrie, Hôpital Lapeyronie, Montpellier, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Emilie OLIÉ

Médecin, Psychiatrie, Hôpital Lapeyronie, Montpellier, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Philippe COURTET

Médecin, Psychiatrie, CHU de Montpellier, Montpellier, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Psychiatrie
Mots-clés