Dossier

Cancers du sein HER2-low

Mis en ligne le 31/03/2021

Auteurs : M. Espié

En ce qui concerne les cancers surexprimant HER2, nous avons l'habitude, à juste titre, de raisonner en termes de “positif” ou de “négatif” afin de proposer les thérapies anti-HER2 aux patientes qui vont réellement en bénéficier. Cependant, certaines molécules, notamment les anticorps monoclonaux conjugués, semblent avoir une efficacité pour les cancers cotés 1+ ou 2+ en immunohistochimie à la différence du trastuzumab. On parle d'effet bystander quand la chimiothérapie exerce un effet cytotoxique sur les cellules de proximité qui n'expriment pas HER2.

Liens d'interêts

M. Espié déclare ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec l’article.

auteur
Dr Marc ESPIÉ
Dr Marc ESPIÉ

Médecin
Oncologie
Hôpital Saint Louis, Paris
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Sénologie,
Oncologie sénologie
thématique(s)
Cancer du sein
Mots-clés