Dossier

Prise en charge du syndrome génito-urinaire de la ménopause chez les femmes avec un antécédent de cancer du sein

Mis en ligne le 30/09/2022

Auteurs : C. Hocké, M. Grellety-Cherbero, V. Bernard

  • Le traitement adjuvant des cancers du sein augmente la prévalence du syndrome génito-urinaire de la ménopause de 20 % (déjà évaluée à 50 % de la population ménopausée).
  • Les traitements de 1re intention (les traitements hydratants de 1re génération ou de 2e génération contenant de l'acide hyaluronique) sont au moins efficaces sur le court terme.
  • Le traitement hormonal local estrogénique a été le plus étudié et n'est pas contre­-indiqué en 2e intention chez ces patientes.
  • Les alternatives par voie orale (ospémifène), vaginale (testostérone ou déhydroépiandrostérone) ou physiques (lasers) sont prometteuses.
Liens d'interêts

C. Hocké déclare avoir des liens d’intérêts avec Gedeon Richter et Besins Healthcare (consultant).

M. Grellety-Cherbero déclare ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec cet article.

V. Bernard déclare avoir des liens d’intérêts avec Besins Healthcare (consultant).

auteurs
Dr Claude HOCKÉ

Médecin, Gynécologie, Centre Aliénor d’Aquitaine, Bordeaux, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Valerie BERNARD

Médecin, Endocrinologie et métabolismes, Centre Aliénor d’Aquitaine, hôpital Pellegrin, Bordeaux, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Sénologie,
Oncologie sénologie
Mots-clés