Ophtalmologie

Le rôle de l’orthoptiste

Mis en ligne le 01/06/2008

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 147,89 Ko)
L’exercice de l’orthoptie, profession paramédicale inscrite au Code de la santé publique depuis 1964, nécessite d’être en possession du certificat de capacité d’orthoptiste, lequel est délivré par différentes facultés de médecine au terme de trois années d’étude. Cette formation n’a été créée qu’en 1956.
La profession d’orthoptiste, très nettement mais non exclusivement féminine, s’exerce soit en libéral, soit comme salarié d’un cabinet d’ophtalmologie, soit au sein d’un centre de santé, d’un centre de rééducation d’enfants handicapés, d’un centre de rééducation de la basse vision, soit enfin à l’hôpital. Les rôles propres de l’orthoptiste ont beaucoup évolués au fil des années. Considérée à l’origine comme s’adressant à «des jeunes filles de bonnes familles aimant travailler avec des enfants» (sic !), l’activité d’orthoptiste est strictement encadrée par un décret de compétence qui a été modifié pour la dernière fois en 2007. Dans sa version actuelle, ce décret permet de répondre aux recommandations du rapport du Doyen Berland sur les délégations de tâches entre professions médicales et paramédicales. L’orthoptiste travaille ainsi en collaboration avec le médecin et uniquement sur prescription médicale. Enfin, il faut noter que cette profession est exercée de manière différente dans les autres pays. Ainsi, en Allemagne, les orthoptistes ne peuvent pas ouvrir un cabinet libéral.
centre(s) d’intérêt
Pédiatrie