Editorial

Rétrospective du Congrès américain en oncologie clinique


(pdf / 60,49 Ko)

Le Congrès américain en oncologie clinique 2023 n’a pas été un grand cru pour les onco-urologues. Pas de nouveautés pour le cancer du rein avec cependant la mise à jour des données des études de phase III au stade métastatique CLEAR et KEYNOTE-426 qui confirme l’activité des combinaisons par rapport au sunitinib seul. Pour les patients de bon pronostic, il ne semble pas y avoir de bénéfice en termes de survie globale entre la bithérapie et le sunitinib. Faut-il une désescalade thérapeutique pour ces patients ? L’étude de phase III CONTACT-03, qui a comparé cabozantinib ± atézolizumab à cabozantinib en monothérapie après immunothérapie + antiangiogénique, ne retrouve pas d’avantage à enchaîner 2 séquences d’immunothérapie. Dans les cancers du rein non à cellules claires, il semblerait que les associations fassent mieux qu’une monothérapie par antiangiogénique.

Dans le cancer de la prostate, l’étude de phase III PEACE-1 montre un avantage à traiter les patients avec un antagoniste ou un agoniste de la LH-RH (± docétaxel) + une hormonothérapie de nouvelle génération par abiratérone + radiothérapie sur la prostate en cas de faible volume tumoral et de maladie métastatique de novo hormonosensible.

Chez les patients atteints d’un cancer de la prostate métastatique résistant à la castration avec un statut HRR muté, l’étude TALAPRO-2 confirme l’intérêt des anti-PARP + hormonothérapie de nouvelle génération. Dans les cancers urothéliaux métastatiques, l’étude THOR montre une prolongation de la survie globale avec l’erdafitinib, inhibiteur de tyrosine kinase ciblant FGFR, comparé à une chimiothérapie.

Il est nécessaire de proposer un testing moléculaire (FGFR) et de BRCA1/2 dès la phase métastatique afin de mettre en place des traitements ciblés pour les patients ayant une tumeur urothéliale et un cancer de la prostate métastatique hormonosensible, respectivement.

Alors bonne lecture, bon été et abonnez-vous à Correspondances en Onco-Urologie, c’est vital !


Liens d'intérêt

S. Oudard déclare avoir des liens d’intérêts avec Astellas, Pfizer, Janssen, Roche, Bayer, Sanofi, MSD, Merck, Novartis, Eisai et AstraZeneca.