Entretien/Interview

Héloïse Courvoisier : portrait d’une athlète sans limites

Pour Héloïse Courvoisier, rien n’était joué d’avance : ni sa carrière d’athlète professionnelle, pour elle qui boudait le sport enfant, ni le triathlon, qu’elle ne pratiquait pas avant 2020. Ayant reçu au plus jeune âge un diagnostic de rétino blastome bilatéral, cette kinésithérapeute au moral d’acier a d’autres métaux plus précieux dans sa ligne de mire : ceux d’une médaille olympique, à l’été 2024. Une aventure vécue en tandem : littéralement, avec sa guide, et au sens figuré avec son compagnon, lui aussi athlète paralympique malvoyant, qui lui a fait découvrir et aimer sa discipline. Rencontre avec une paratriathlète que rien ne semble pouvoir arrêter.

Pouvez-vous vous présenter ? Héloïse Courvoisier : Je m’appelle Héloïse, j’ai 26 ans, et je suis kinésithérapeute dans un centre médicosocial prenant en charge des patients porteurs de handicaps. Depuis décembre 2023, je fais une pause dans mon activité professionnelle pour me concentrer sur la préparation des Jeux olympiques de Paris, ville dans laquelle je vis depuis 2015, quand j’ai entrepris mes études de kinésithérapie. Quel est votre parcours médical…

L’accès à la totalité de l’article est protégé