Dossier

Médecine de rééducation

  • Les thérapies complémentaires peuvent enrichir l'offre de soins sans s'y substituer.
  • 50 % des patients non satisfaits de l'offre de soins se tournent vers des pratiques non conventionnelles.
  • Une discussion avec les patients afin d'informer des bénéfices et des risques de ces thérapies complémentaires est indispensable.
  • En dehors des céphalées, les thérapies complémentaires n'ont pas montré d'efficacité dans les pathologies neurologiques.

Les pathologies neurologiques sont fréquentes et engendrent divers symptômes impactant l'autonomie et la qualité de vie des patients. Malgré l'amélioration des thérapeutiques, rares sont les pathologies neurologiques bénéficiant d'un traitement curatif. C'est dans ce contexte que plus de 50 % des patients, non satisfaits de l'offre de soins, se tournent vers des pratiques non conventionnelles [1]. Celles-ci ont une terminologie extrêmement variée telle que médecines douces, médecines naturelles, médecines alternatives, médecines ou thérapies complémentaires, ou encore soins de support. Le terme…

L’accès à la totalité de l’article est protégé




Liens d'intérêt

C. Massot et C. Donze déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec cet article.