Dossier

Photobiomodulation transcrânienne : une future option thérapeutique pour traiter la commotion cérébrale chez les sportifs ?

La commotion cérébrale est une préoccupation majeure dans le sport, dans une perspective de santé publique. De nombreuses recommandations ont vu le jour ces dernières années, afin de guider au mieux la reprise du jeu pour éviter que les troubles persistent. Il n’en demeure pas moins que commotions et subcommotions pourraient augmenter le risque de développer une maladie neurodégénérative à dépôt de protéine tau à plus ou moins long terme. Dans le domaine de la neurostimulation, la photobiomodulation (PBM) transcrânienne pourrait offrir la perspective d’un traitement prometteur en agissant notamment sur la neuro-inflammation. Bien que des développements cliniques supplémentaires soient nécessaires pour confirmer son efficacité, elle pourrait devenir une modalité thérapeutique importante dans les commotions cérébrales. La PBM pourrait également jouer un rôle dans le traitement du syndrome post-commotionnel et contribuer à la prévention de l’encéphalopathie traumatique chronique. Nous présenterons dans cet article l’intérêt de cette thérapeutique ainsi que les recherches que nous avons déjà entreprises dans le domaine de la commotion aiguë et celles que nous envisageons concernant les commotions chroniques.


La commotion cérébrale appartient au cadre nosographique des traumatismes crâniens légers. Elle représente une préoccupation majeure de santé publique, notamment dans le domaine du sport, puisqu’elle avoisinerait les 100 000 en termes d’incidence sur notre territoire. Bien qu’elle ait été longtemps considérée comme bénigne et anodine, on sait maintenant que toutes les personnes atteintes de commotion ne récupèrent pas ­complètement et que certaines en gardent des séquelles à vie. Il est important de distinguer le risque commotionnel spécifique à chaque sport, du nombre de ­commotions par discipline…

L’accès à la totalité de l’article est protégé




Liens d'intérêt

J.F. Chermann et P. Malafosse sont investigateurs de l’essai clinique Recovery.

J.F. Chermann est expert médical pour REGEnLIFE. P. Malafosse est expert médical pour REGEnLIFE, consultant pour Eye Motion et possède des actions dans Kinvent. G. Blivet est employé de REGEnLIFE et possède des actions. J. Touchon est consultant pour REGEnLIFE, Medesis Pharma et Ariana Pharmaceuticals. REGEnLIFE est promoteur de l’essai clinique Recovery.