Dossier

L'homocystéine plasmatique : quand et pourquoi la mesurer ?

Mis en ligne le 16/01/2019

Mis à jour le 16/01/2019

Auteurs : Claire Douillard, Isabelle Redonnet-Vernhet

  • L'hyperhomocystéinémie symptomatique se manifeste essentiellement par des accidents thrombotiques et des signes neurologiques chroniques ou aigus.
  • Elle fait partie des urgences métaboliques que l'on peut traiter.
  • Elle est d'origine acquise ou génétique.
  • Une exploration biochimique métabolique soigneuse permet de conduire au diagnostic étiologique.
  • Le variant c.677C>T du gène codant pour la méthylène tétrahydrofolate réductase (MTHFR) n'est pas un facteur de risque vasculaire.
Liens d'interêts

C. Douillard et I. Redonnet-Vernhet déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

auteurs
Dr Claire DOUILLARD

Médecin, Endocrinologie et métabolismes, Hôpital Huriez, CHRU, Lille, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Isabelle REDONNET-VERNHET

Médecin, Biologie médicale, CHU, Bordeaux, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Endocrinologie
Mots-clés