Dossier

Adénite nécrosante histiocytaire et maladie de Kikuchi-Fujimoto : une ou plusieurs maladies ?

Mis en ligne le 30/06/2021

Auteurs : L. Galicier, V. Meignin

L'adénite nécrosante histiocytaire est une maladie ganglionnaire, parfois accompagnée de manifestations systémiques, qui peut mimer un lymphome. Le diagnostic repose histologiquement sur la présence d'une nécrose cellulaire, d'un infi ltrat de lymphocytes T à prédominance CD8+, d'histiocytes et de cellules dendritiques plasmacytoïdes sans polynucléaire ni plasmocyte. La réponse T cytotoxique et les cytokines de type interféron et IL-18 sont au centre de la physiopathologie. Elle peut donc être consécutive à une maladie infectieuse ou un à lupus érythémateux systémique, mais, le plus souvent, aucune étiologie n'est identifiée. On parle alors de maladie de Kikuchi-Fujimoto. Un tel épisode d'adénite nécrosante histiocytaire peut précéder une maladie lupique de plusieurs années. Si l'évolution est le plus souvent favorable sans traitement, les formes sévères justifient une corticothérapie.

Liens d'interêts

L. Galicier déclare ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec cet article.
V. Meignin n’a pas précisé ses éventuels liens d’intérêts.

auteurs
Dr Lionel GALICIER

Médecin, Médecine interne, Hôpital Saint-Joseph, Marseille, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Véronique MEIGNIN

Médecin, Anatomie et cytologie pathologiques, Hôpital Saint-Louis, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Oncologie hématologie,
Hématologie
Mots-clés