Dossier

Différenciation monocytaire, du normal au pathologique

Mis en ligne le 30/04/2020

Auteurs : E. Solary

  • La place des monocytes au sein du système des phagocytes mononucléés évolue. Initialement considérés comme de simples précurseurs des macrophages et des cellules dendritiques, les monocytes ont une origine et des fonctions (pro- ou anti-inflammatoires, immunologiques, réparatrices) qui leur sont propres. Depuis 10 ans, leur hétérogénéité est attestée par la distinction de 3 populations dites classique (CD14+, CD16), intermédiaire (CD14+, CD16+) et non classique (CD14low, CD16+). La répartition de ces 3 populations dans le sang (les monocytes classiques représentent normalement environ 90 % des monocytes circulants) est modifiée dans certaines situations pathologiques. Cette modification peut être une aide au diagnostic : elle distingue rapidement une monocytose réactionnelle (fraction des monocytes intermédiaires augmentée) d'une leucémie myélomonocytaire chronique (monocytes classiques > 94 %). Les analyses conduites à l'échelle unicellulaire révèlent des niveaux supplémentaires d'hétérogénéité phénotypique et fonctionnelle des monocytes dont la signification et le rôle physiopathologique devraient être bientôt identifiés.
Liens d'interêts

E. Solary déclare avoir des liens d’intérêts avec Servier et Stemline.

auteur
Pr Eric SOLARY

Médecin
Hématologie
Le Kremlin-Bicêtre
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Hématologie,
Oncologie hématologie
Mots-clés