Dossier

LAM et MRD par cytométrie en flux : où en est-on ?

Mis en ligne le 31/10/2020

Auteurs : J.P. Vial, N. Lechevalier

  • Les leucémies aiguës myéloïdes (LAM) sont des hémopathies malignes pour lesquelles l'amélioration récente de la survie est essentiellement liée aux progrès des thérapeutiques, à la meilleure compréhension des mécanismes physiopathologiques moléculaires responsables de l'oncogenèse et à la définition de groupes pronostiques. Les avancées réalisées dans la détection de la maladie résiduelle (MRD) jouent également un rôle prépondérant, tant celle-ci est directement liée au pronostic des patients. Ce suivi peut être réalisé par différentes techniques, dont le gold standard historique est la biologie moléculaire. Cependant, celle-ci reste réservée à un nombre limité de patients. Les progrès réalisés par la cytométrie en flux (CMF) représentent une réelle avancée dans ce domaine et permettent désormais une étude de la MRD, accessible à l'ensemble des patients atteints de LAM. Cela a notamment été permis grâce à la combinaison de différentes stratégies d'analyse (“different from normal” et “leukemia-associated immunophenotype” (LAIP)), à l'utilisation de panels d'anticorps plus étendus et aux progrès de la bio-informatique.
Liens d'interêts

J.P. Vial et N. Lechevalier déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec cet article.

centre(s) d’intérêt
Hématologie,
Oncologie hématologie
thématique(s)
LAM,
Maladie résiduelle,
MRD
Mots-clés