Dossier

Traitement de 1re ligne des lymphomes T périphériques et place de la greffe de cellules souches autologues ou allogéniques

Mis en ligne le 30/06/2022

Auteurs : E. Bachy, O. Tournilhac

  • Les lymphomes T périphériques représentent 10 à 15 % des lymphomes non hodgkiniens de l'adulte. Malgré 20 ans d'essais cliniques, dont plusieurs études randomisées internationales, peu d'avancées thérapeutiques ont été réalisées et le pronostic de cette pathologie reste sombre. La survie à long terme fluctue entre 5 et 30 % selon le sous-type histologique. En dehors des lymphomes anaplasiques (notamment ALK+) qui sont discutés séparément dans ce dossier, aucun traitement n'a montré de supériorité par rapport à la poly­chimiothérapie par CHOP éventuellement associée à l'étoposide. Dans cet article, les grandes étapes qui ont marqué la recherche clinique en 1re ligne de traitement dans les lymphomes T périphériques depuis le début des années 2000 sont examinées. La place de l'intensification thérapeutique en postinduction chez les patients répondeurs sera également évoquée, qu'elle soit par autogreffe ou allogreffe de cellules souches hématopoïétiques.
Liens d'interêts

E. Bachy déclare avoir des liens d’intérêts avec Takeda ­et ­Celgene/BMS.

O. Tournilhac déclare avoir des liens d’intérêts avec Takeda.

auteurs
Pr Emmanuel BACHY

Médecin, Hématologie, Centre hospitalier Lyon-Sud, Hospices civils de Lyon, Lyon, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Olivier TOURNILHAC

Médecin, Hématologie, CHU, Clermont-Ferrand, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Hématologie,
Oncologie hématologie
thématique(s)
Lymphome T
Mots-clés