Dossier

L'instabilité microsatellitaire : un marqueur pour l'immunothérapie des cancers

Mis en ligne le

Mis à jour le 19/10/2017

Auteurs : J. Selves, J. Meilleroux, D. Grand, R. Guimbaud

  • L'instabilité microsatellitaire (MSI) est un marqueur des cancers du syndrome de Lynch qui résulte de la déficience du système MMR (protéines de réparation des mésappariements de l'ADN). Ce phénotype dMMR (MMR déficient) entraîne un taux de mutation élevé dans les tumeurs, atteignant particulièrement les séquences microsatellitaires : c'est la MSI. C'est aussi un processus d'oncogenèse impliqué de façon sporadique dans un large spectre de cancers. Sa valeur prédictive de réponse au traitement par anti-PD-1 a été initialement rapportée dans les cancers colorectaux métastatiques. Cette efficacité s'explique par la forte antigénicité des tumeurs MSI, secondaire au taux élevé de néo-peptides antigéniques générés par ces tumeurs hypermutées. Depuis, de nombreux essais sont en cours, évaluant l'efficacité des inhibiteurs des checkpoints de l'immunité dans des tumeurs MSI de différentes origines. Il existe plusieurs méthodes de détection d'un phénotype dMMR : la biologie moléculaire pour la MSI, voire le séquençage haut débit pour détecter le phénotype hypermuté, mais la méthode la plus simple, la plus rapide et la moins onéreuse est l'immunohistochimie qui détecte la perte d'expression de protéine(s) MMR défectueuses. Il existe une autre cause, plus rare, de tumeurs hypermutées, qui font l'objet de premiers essais d'immunothérapie très prometteurs : les mutations de PolE (une polymérase avec activité correctrice). L'enjeu est donc d'implémenter en routine la réalisation du test MSI dans les laboratoires, recherche qui pourrait être rapidement associée à la recherche de mutation somatique de PolE afin d'identifier de façon plus large toutes les tumeurs hypermutées.
Liens d'interêts

J. Selves déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

J. Meilleroux, D. Grand et R. Guimbaud n’ont pas précisé leurs éventuels liens d’intérêts.

auteurs
Pr Janick SELVES

Médecin, Anatomie et cytologie pathologiques, Institut universitaire du cancer-CHU, Oncopole, Toulouse, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Julie MEILLEROUX

Médecin, Anatomie et cytologie pathologiques, Institut universitaire du cancer-CHU, Oncopole, Toulouse, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Rosine GUIMBAUD

Médecin, Oncologie, CHU Toulouse - Institut Claudius Regaud, TOULOUSE CEDEX 9, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Onco-théranostic
Mots-clés