Dossier

KRAS : une nouvelle cible thérapeutique dans le CBNPC

Mis en ligne le 31/12/2021

Auteurs : L. Pabst, M. Beau-Faller, C. Mascaux

  • Si KRAS est considéré comme l'oncogène le plus muté, il est aussi associé à un pronostic très défavorable, et ce tout particulièrement dans le cancer bronchique non à petites cellules. Les progrès en biologie moléculaire ont néanmoins permis une meilleure compréhension du mécanisme d'action de KRAS. La découverte des différents sous-types de mutations de KRAS, le principe de la létalité synthétique et la connaissance des voies de signalisation impliquées, ont ainsi ouvert la voie à de nombreuses stratégies thérapeutiques ciblées.
Liens d'interêts

L. Pabst déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

M. Beau-Faller déclare avoir des liens d’intérêts avec AstraZeneca, Pfizer et Amgen.

C. Mascaux déclare avoir reçu des honoraires et financements pour participation à des congrès, actions de formation et participation à des groupes d’experts de la part de Roche, AstraZeneca, Kephren, BMS, Pfizer, Sanofi, MSD et Takeda.

auteurs
Dr Lucile PABST

Médecin, Pneumologie, CHU de Strasbourg, Strasbourg, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Michèle BEAU-FALLER

Médecin, Pneumologie, Centre hospitalier universitaire, Strasbourg, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Céline MASCAUX

Médecin, Oncologie, CHRU Strasbourg, Strasbourg, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Onco-théranostic
Mots-clés