Dossier

Problématiques psychologiques associées aux estimations personnalisées du risque de cancer du sein

Mis en ligne le 31/03/2021

Auteurs : A. Brédart, A. de Pauw, L. El Mellah, D. Stoppa-Lyonnet, S. Dolbeault

  • L'avènement du séquençage de nouvelle génération permettant l'analyse de plusieurs gènes à des coûts abordables ainsi que les avancées récentes en épidémiologie génétique devraient permettre d'affiner l'évaluation du risque de cancer du sein et de nuancer les recommandations de dépistage ou de prévention. Néanmoins, les informations transmises lors des consultations en oncogénétique ont acquis un niveau de complexité accru nécessitant un suivi de leurs effets sur les personnes testées.
  • Des questionnaires ont été développés pour suivre l'apparition éventuelle de difficultés psychologiques rencontrées en oncogénétique, d'en faciliter le repérage et de permettre l'orientation vers une modalité de soutien appropriée, que ce soit en apport d'informations, d'aide à la décision ou de soutien.
  • Peu d'études ont été menées jusque-là sur l'impact psychologique des analyses de panels de gènes et des calculs du PRS (polygenic risk score) dans le contexte de la prédisposition génétique au cancer du sein et de l'ovaire.
Liens d'interêts

A. Brédart, A. de Pauw, L. El Mellah, S. Dolbeault déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec l’article.

D. Stoppa-Lyonnet déclare un lien d’intérêt en relation avec l’article. L’institut Curie est prestataire pour la génération des génotypes du PRS utilisé dans le test Mammorisk® sous sa responsabilité.

auteurs
Dr Anne BRÉDART

Psychologue, Institut Curie, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Dominique STOPPA-LYONNET

Médecin, Génétique médicale, Institut Curie, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Sylvie DOLBEAULT

Médecin, Psychiatrie, Institut Curie, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Onco-théranostic,
Oncologie sénologie
Mots-clés