Dossier

Machines de perfusion et transplantation rénale : passé, présent et avenir

Mis en ligne le 14/12/2016

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 1,40 Mo)

La perfusion hypothermique des greffons rénaux est depuis longtemps une alternative à la conservation statique à froid. Il a été montré que cette technique était plus efficace en termes de néphroprotection et de prévention de reprise retardée de fonction, permettant d'espérer un bénéfice sur la survie du greffon ainsi qu'un gain économique. Sa place devient donc de plus en plus importante, d'autant plus que nous assistons à une modification du profil des donneurs, avec une majorité de donneurs dits à risque (donneurs à critères élargis et donneurs décédés après arrêt cardiocirculatoire) qui, d'après toutes les études, étaient ceux qui bénéficiaient le plus de ces techniques de conservation. La perfusion ex vivo permet aussi l'évaluation des greffons, la réalisation d'interventions thérapeutiques en amont de la greffe et, comme cela a été montré récemment, de “réparer” certains greffons initialement récusés. Ces techniques sont donc très prometteuses, bien que, en vue de leur optimisation, il reste à en explorer de nombreux axes.

Liens d'interêts

L'auteur déclare de pas avoir de liens d’intérêts.

auteur
Pr Jacques DANTAL
Pr Jacques DANTAL

Médecin
Néphrologie
CHU, Nantes
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Transplantation,
Urologie
thématique(s)
Rein
Mots-clés