Dossier

Machines de perfusion et transplantation rénale : passé, présent et avenir

Mis en ligne le 14/12/2016

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 1,40 Mo)

La perfusion hypothermique des greffons rénaux est depuis longtemps une alternative à la conservation statique à froid. Il a été montré que cette technique était plus efficace en termes de néphroprotection et de prévention de reprise retardée de fonction, permettant d'espérer un bénéfice sur la survie du greffon ainsi qu'un gain économique. Sa place devient donc de plus en plus importante, d'autant plus que nous assistons à une modification du profil des donneurs, avec une majorité de donneurs dits à risque (donneurs à critères élargis et donneurs décédés après arrêt cardiocirculatoire) qui, d'après toutes les études, étaient ceux qui bénéficiaient le plus de ces techniques de conservation. La perfusion ex vivo permet aussi l'évaluation des greffons, la réalisation d'interventions thérapeutiques en amont de la greffe et, comme cela a été montré récemment, de “réparer” certains greffons initialement récusés. Ces techniques sont donc très prometteuses, bien que, en vue de leur optimisation, il reste à en explorer de nombreux axes.

Pour des receveurs sélectionnés, la transplantation rénale (TR) est le meilleur des traitements de l'insuffisance rénale terminale. Néanmoins, la proposition de ce traitement est limitée par le nombre de greffons acceptables. Le développement de la TR à partir de donneurs vivants progresse en France, mais ne répondra pas à l'augmentation de la demande de greffons et, comme le nombre de donneurs dits “optimaux”, décédés en état de mort encéphalique, stagne, voire diminue, il est nécessaire d'avoir recours à des sources de greffons alternatives dites “marginales”. C'est le cas des donneurs décédés répondant à des critères de sélection dits élargis (Expanded Criteria Donor [ECD]) et des donneurs décédés après arrêt cardiocirculatoire (DDAC). Ces 2 catégories de donneurs sont de plus en plus utilisées bien qu'ils soient plus à risque de non-fonction primaire (NFP) et de retard de reprise de fonction du greffon (RRF), défini classiquement par un besoin de dialyse dans la première semaine suivant la TR. Le RRF augmente le coût de la TR, car cette dernière nécessite le recours à l'épuration extrarénale après la greffe et prolonge la durée d'hospitalisation, mais elle est aussi associée à une augmentation du risque de rejet aigu et à une diminution de la survie du greffon à moyen terme.

Liens d'interêts

L'auteur déclare de pas avoir de liens d’intérêts.

auteur
Pr Jacques DANTAL
Pr Jacques DANTAL

Médecin
Néphrologie
CHU, Nantes
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Transplantation,
Urologie
thématique(s)
Rein
Mots-clés