Dossier

Angiorésistance : mécanismes et physiopathologie

Mis en ligne le 25/06/2013

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 101,39 Ko)
»» Le traitement anti-angiogénique agit principalement par inhibition de la fixation du VEGF sur son récepteur, ou par inhibition de l'activité tyrosine kinase du VEGFR.
»» Cette approche pharmacologique a montré son efficacité anti-tumorale mais certains patients présentent une résistance primaire pour cette thérapie, et les autres patients répondeurs au début, finissent tôt ou tard par voir leur maladie progresser (résistance secondaire ou échappement).
»» De nombreux travaux ont identifié des biomarqueurs prédictifs de résistance primaire ou secondaire aux thérapies anti-angiogéniques. Ces résultats doivent être confirmés de façon prospective.
»» La physiopathologie de la résistance aux thérapies anti-angiogéniques est complexe et fait intervenir à la fois des mécanismes biologiques liés à la cellule tumorale et/ou au microenvironnement tumoral.
auteur
Pr Aziz ZAANAN
Pr Aziz ZAANAN

Médecin
Gastro-entérologie et hépatologie
Hôpital européen Georges Pompidou, AP-HP, Paris
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Oncologie digestif,
Oncologie générale
Mots-clés