Dossier

Biopsie liquide pour la prise en charge et le suivi des cancers liés à HPV

Mis en ligne le 26/11/2018

Mis à jour le 11/12/2018

Auteurs : E. Jeannot, C. Callens, G. Bataillon, P. Mariani, R. Rouzier, F.C. Bidard, L. Cabel

La détection plasmatique de l'ADN tumoral circulant (ADNtc) de l'HPV est un biomarqueur de choix dans les cancers HPV+, du fait de son abondance dans les cellules tumorales, de la récurrence élevée de certains génotypes d'HPV (en particulier de l'HPV16) et de son caractère clonal au cours de l'évolution de la maladie. Son utilité clinique doit encore être confirmée par des études supplémentaires, mais les premiers résultats publiés montrent déjà le potentiel de la détection plasmatique de l'ADN HPV comme aide au diagnostic, dans la détermination du pronostic et, surtout, pour le suivi de l'efficacité des traitements locorégionaux ou systémiques ainsi que la détection de la maladie tumorale résiduelle.

Liens d'interêts

E. Jeannot déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

Les autres auteurs n’ont pas précisé leurs éventuels liens d’intérêts.

auteurs
Dr Guillaume BATAILLON

Médecin, Anatomie et cytologie pathologiques, Institut Curie, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Roman ROUZIER

Médecin, Gynécologie, Institut Curie, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr François-Clément BIDARD

Médecin, Oncologie, Institut Curie, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Luc CABEL

Médecin, Oncologie, Institut Curie, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Oncologie générale,
Onco-théranostic
Mots-clés