Rétrospective et Perspective

Cancers du sein : revue 2011

Mis en ligne le 03/02/2012

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 1,24 Mo)
L’année 2011 s’achève sur des avancées importantes en matière de cancer du sein. On peut les classer en fonction des sous-types. Pour les formes exprimant les récepteurs hormonaux, dites “luminales”, progressant après un inhibiteur de l’aromatase non stéroïdien, un effet majeur d’un inhibiteur de mTOR, l’évérolimus, associé à l’hormonothérapie a été démontré. Pour les formes HER2+, un double ciblage par 2 anticorps − le pertuzumab combiné au trastuzumab − entraîne un bénéfice majeur au stade métastatique mais également en néo-adjuvant. Pour les formes triple-négatives, les nouvelles sont plus sombres avec les résultats négatifs de l’étude de phase III gemcitabine + carboplatine ± iniparib (inhibiteur de PARP). Les résultats de l’essai randomisé de phase II avaient suscité de grands espoirs dans cette situation au pronostic particulièrement péjoratif. La place des disphosphonates en situation adjuvante n’est pas démontrée mais reste débattue. Enfin, plusieurs études remettent en cause l’intérêt de l’analyse par immunohistochimie du ganglion sentinelle à la fois sur le plan pronostique mais aussi sur le bénéfice de la reprise du curage axillaire en cas de positivité du ganglion sentinelle.
centre(s) d’intérêt
Oncologie générale
Mots-clés