Congrès/Réunion

Facteurs prédictifs de réponse à l'immunothérapie dans les CBNPC

Mis en ligne le 01/02/2017

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 769,96 Ko)

La recherche de PD-L1 en immunohistochimie (IHC) n'est pas nécessaire pour traiter les patients en deuxième ligne par le nivolumab. Le pembrolizumab est indiqué en deuxième ligne pour les patients dont les tumeurs expriment PD-L1 à ≥ 1 %. Néanmoins, les résultats de l'essai KEYNOTE 24 démontrent une amélioration hautement significative de la survie sans progression et de la survie globale par rapport à une chimiothérapie en première ligne, chez les patients dont les cellules tumorales expriment PD-L1 à plus de 50 %. Plusieurs autres molécules sont en développement, avec des anticorps différents et des plateformes dédiées parfois différentes. Certains laboratoires de pathologie ont aussi développé des techniques avec utilisation d'anticorps sur des plateformes différentes. Cela souligne le besoin réel d'harmonisation pour réduire les coûts et diffuser les méthodes dans chaque centre de pathologie, le testing de PD-L1 allant devenir nécessaire dans les mois à venir.

auteurs
Dr Pierre Jean SOUQUET

Médecin, Pneumologie, Hospices civils de Lyon, centre hospitalier Lyon-Sud, Lyon, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Pierre FOURNEL

Médecin, Radiothérapie, Institut de cancérologie Lucien-Neuwirth, Saint-Étienne, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Nicolas GIRARD

Médecin, Pneumologie, Institut du thorax Curie-Montsouris, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Denis MORO-SIBILOT

Médecin, Pneumologie, CHU de Grenoble-Alpes, Grenoble, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Oncologie générale,
Oncologie thoracique
Mots-clés