Congrès/Réunion

Gestion des effets indésirables de l'immunothérapie

Mis en ligne le 01/02/2017

Auteurs :

Recommandé par 1 personne

Lire l'article complet (pdf / 68,06 Ko)

La prévalence des maladies auto-immunes chez les patients atteints d'un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) a été étudiée dans une cohorte de patients soignés dans le système de soins de l'“administration des vétérans” (Patel M et al., abstr. P1.06-020). Ont été choisis 40 731 dossiers analysés sur une période de 5 ans. L'incidence des maladies auto-immunes variait selon les critères utilisés (restrictifs ou non), mais était comprise entre 11 et 16 % (tableau). Parmi les pathologies en cause, certaines sont de véritables contre-indications à l'immunothérapie, alors que d'autres ne nécessiteront qu'une surveillance sous traitement par immunothérapie.

auteurs
Dr Pierre Jean SOUQUET

Médecin, Pneumologie, Hospices civils de Lyon, centre hospitalier Lyon-Sud, Lyon, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Pierre FOURNEL

Médecin, Radiothérapie, Institut de cancérologie Lucien-Neuwirth, Saint-Étienne, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Nicolas GIRARD

Médecin, Pneumologie, Institut du thorax Curie-Montsouris, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Denis MORO-SIBILOT

Médecin, Pneumologie, CHU de Grenoble-Alpes, Grenoble, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Oncologie générale,
Oncologie thoracique
Mots-clés