Dossier

La maladie métastatique et 5 nouveaux défis en cancérologie

Mis en ligne le 28/11/2015

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 1,60 Mo)

Le plus souvent synonyme d'incurabilité et d'engagement dans un processus évolutif mortel, la maladie cancéreuse métastatique est redoutée. Sa réalité clinique est toutefois en plein bouleversement. Le rapport au temps change avec l'apparition possible de la chronicité en phase avancée, qui rend nécessaire la réintégration en cancérologie de tous les champs de la médecine tenus à l'écart. L'accélération récente du transfert de la biologie à la clinique de nouvelles molécules actives en thérapeutique exige de nouvelles compétences en pharmacologie, immunologie, génétique. Les progrès de la chirurgie, de la radiologie interventionnelle et, surtout, de la radiothérapie sont aussi décisifs que l'apparition des nouveaux médicaments. Un nouveau mariage des thérapies systémiques et locales se dessine, offrant de nouvelles stratégies et déjà illustré par l'organisation de pluridisciplinarités par site métastatique.

La prise en charge du patient atteint d'une maladie cancéreuse métastatique est bouleversée par de multiples et profonds changements. Le progrès médical se manifeste principalement en cancérologie par une augmentation spectaculaire du nombre de patients pouvant vivre avec un cancer métastatique, sans perspective de guérison mais avec la possibilité d'une survie longue et longtemps de bonne qualité.

Les changements à considérer découlent de la possibilité de disposer de traitements systémiques susceptibles de prolonger la vie avec la maladie métastatique dans des proportions nouvelles. L'énoncé binaire de l'objectif thérapeutique, curatif ou palliatif, est dépassé, et l'aptitude du cancérologue à le traduire dans sa communication indique à quel point il s'approprie cette évidence : un troisième objectif émerge, la durée de vie de qualité, objectif composite, aboutissant à “vivre avec” le cancer, ce qui suppose à la fois deuil de la guérison et éloignement de la menace du décès. Pourtant, aujourd'hui, près de 80 % des patients atteints d'un cancer du poumon métastatique ne sont pas informés que l'objectif du soin n'est pas la guérison (Velter et al., travaux soumis).

auteur
Dr François GOLDWASSER
Dr François GOLDWASSER

Médecin
Oncologie
Groupement hospitalier Cochin-Port-Royal, Paris
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Oncologie générale
thématique(s)
Radiothérapie
Mots-clés