Dossier

Médecine participative : l'exemple du cancer pulmonaire

Mis en ligne le 31/05/2020

Auteurs : A. Scherpereel, A. Lépine

Dans la médecine participative, les patients sont acteurs de leur santé et de leurs soins par le développement d'outils numériques, interactifs et coopératifs. Ces “patients experts”, dotés de connaissances théoriques et d'un savoir subjectif issu du vécu de leurs signes cliniques, peuvent aider les médecins dans leur prise en charge. Appliquée au cancer du poumon, la médecine participative pourrait augmenter significativement l'espérance et la qualité de vie des patients par son impact à tous les stades de leur prise en charge, fort modifiée à terme. Cependant, il existe de nombreux risques en routine : fiabilité de l'information fournie par les patients ou des sites en ligne, maintien de la confidentialité des données, et validation préalable de ces nouveaux outils par des études cliniques randomisées.

Liens d'interêts

A. Scherpereel déclare avoir les liens d’intérêts potentiels suivants: bourse de recherche attribuée par Santélys Respiration en 2018 au CHU de Lille pour l’étude académique “VigiLung” (AS, AL) ; don des laboratoires MSD à l’association SERPA, CHU de Lille pour la création de la Web application ImmunoToon.

A. Lépine n’a pas précisé ses éventuels liens d’intérêts.

auteur
Pr Arnaud SCHERPEREEL

Médecin
Pneumologie
Hôpital Calmette, CHRU, Lille
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Oncologie générale,
Oncologie thoracique
Mots-clés