Dossier

Médecine de précision en oncologie thoracique

Mis en ligne le 31/05/2021

Auteurs : S. Baldacci, A.B. Cortot

  • Dans les CBNPC avec mutation d'EGFR, l'amélioration de la 1re ligne pourrait passer par l'association des inhibiteurs d'EGFR à la chimiothérapie, aux antiangiogéniques ou à d'autres thérapies ciblées.
  • Dans les CBNPC avec réarrangement d'ALK, les ITK de 3e génération pourraient remettre en question la place des ITK de 2e génération dès la 1re ligne de traitement.
  • L'utilisation de l'ADN tumoral circulant pourrait devenir un outil d'aide à la décision de changement de traitement.
  • Des essais randomisés, même dans des CBNPC avec mutation rare (réarrangements de RET, de ROS1, insertions sur l'exon 20 d'EGFR), sont possibles et permettront de mieux définir la place des nouvelles thérapies ciblées.
Liens d'interêts

Au cours des 5 dernières années, S. Baldacci a perçu des financements pour des participations à des formations, des congrès, des communications et des réunions de groupe d’experts de la part de Pfizer, Roche, Boehringer Ingelheim, MSD, GSK, Lilly et Astrazeneca.

A.B. Cortot déclare avoir des liens d’intérêts avec AstraZeneca, BMS, Merck, MSD, Novartis, Pfizer, Roche et Takeda.

auteurs
Dr Simon BALDACCI

Médecin, Oncologie, CHU de Lille, Lille

Contributions et liens d’intérêts
Pr Alexis CORTOT

Médecin, Pneumologie, CHRU, Lille, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Oncologie générale,
Oncologie thoracique
thématique(s)
Cancer du poumon
Mots-clés