Dossier

Quand dire à un patient qu'il est guéri ? – Réponse à partir des données de registres

Mis en ligne le 02/07/2018

Mis à jour le 05/07/2018

Auteurs : V. Jooste

Télécharger le pdf (pdf / 278,66 Ko)

La guérison clinique est rarement connue en cancérologie et cette information n'existe pas dans les études de grande ampleur, telles que les études de registres. La guérison statistique, définie comme l'absence de mortalité due au cancer, peut être estimée à partir des données de registres de cancer en population générale et de modèles de survie nette développés pour fournir des indicateurs de guérison statistique.

La mortalité due au cancer est estimée par le taux de mortalité en excès, calculé à partir de la mortalité observée dans les registres (durées de vie individuelles), à laquelle on retranche la mortalité attendue dans une population ayant les mêmes caractéristiques mais ne présentant pas de cancer (tables de mortalité de l'INSEE). Lorsque, au bout d'un certain temps après le diagnostic, la mortalité en excès devient négligeable ou nulle, on considère que la guérison est atteinte (figure 1).

Lorsque le taux de mortalité en excès s'annule, la survie nette (Sn) atteint un plateau, correspondant à la proportion de guéris (figure 2). La guérison correspond au fait que la Sn atteint la valeur du plateau, soit la proportion de guéris P. En pratique, on considère la guérison atteinte lorsque Sn est assez proche de P (P/Sn ≥ 0,95).

Définition du délai de guérison

La proximité entre Sn(t) et P est mesurée par P/­(Sn(t)).

On peut démontrer que P/(Sn(t)) est aussi la probabilité d'un individu d'appartenir au groupe des guéris. Cette probabilité vaut P au diagnostic (t = 0) et augmente avec le temps pour atteindre 1.

Pour la plupart des cancers, ce délai est inférieur à 10 ans, dans certains cas, inférieur à 5 ans. Pour le cancer du testicule chez l'homme jeune, la probabilité d'être guéri étant supérieure à 95 % dès le diagnostic, le TTC est égal à 0.

Les patients encore vivants à cette date ont une probabilité négligeable de mourir du cancer. Ils doivent par ailleurs avoir accès à l'assurance et à l'emprunt sans surprime.■


FIGURES

Références

• Boussari O, Romain G, Remontet L et al. A new approach to estimate time-to-cure from cancer registries data. Cancer ­Epidemiol 2018;53:72-80.

Liens d'interêts

V. Jooste déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

auteur
centre(s) d’intérêt
Oncologie générale,
Oncologie digestif
Mots-clés