Dossier

Rôle du HPV dans les cancers des VADS et particularités chez la femme

Mis en ligne le 04/05/2016

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 963,84 Ko)
  • L'incidence des cancers des VADS a diminué ces dernières décennies, à l'exception des localisations oropharyngées.
  • Dans les cancers des VADS, la proportion de femmes n'a cessé de croître ces 20 dernières années.
  • Le ratio est actuellement de 1 femme pour 3 hommes pour les localisations oropharyngées et de la cavité buccale.
  • Le HPV est fortement impliqué dans les carcinomes épidermoïdes oropharyngés (30 % en France), le génotype le plus fréquent étant le HPV16.
  • La protéine p16 est un marqueur indirect de l'infection par le HPV et peut être recherchée simplement par immunohistochimie dans la tumeur.
  • Les carcinomes épidermoïdes oropharyngés HPV+ sont de meilleur pronostic que les HPV– et semblent être plus chimio- et radiosensibles.

La proportion de femmes atteintes d'un cancer des voies aérodigestives supérieures (VADS) et plus particulièrement d'un carcinome épidermoïde de l'oropharynx n'a cessé de croître ces 20 dernières années, même si ces cancers touchent encore majoritairement les hommes. Cela est en grande partie lié au papillomavirus humain (HPV), très impliqué dans le développement de ces tumeurs.

auteurs
Dr Muriel HOURSEAU

Médecin, Médecine générale, Hôpital Bichat, GHU Paris Nord, AP-HP, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Sébastien ALBERT

Médecin, ORL et chirurgie cervico-faciale, Hôpital Bichat, GHU Paris Nord, AP-HP, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Yoann POINTREAU

Médecin, Radiothérapie, Centre Jean Bernard, Clinique Victor Hugo, Le Mans, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Oncologie générale,
Oncologie ORL
Mots-clés