GRIO

Le tissu osseux et les inhibiteurs de l'aromatase

Mis en ligne le 26/02/2016

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 622,53 Ko)

Les inhibiteurs de l'aromatase (IA) de troisième génération, traitement adjuvant de référence du cancer du sein exprimant les récepteurs aux estrogènes chez la femme ménopausée, font chuter l'estradiolémie et provoquent une diminution de la densité minérale osseuse (DMO) et une augmentation du risque de fracture ostéoporotique. Dans la plupart des études anciennes, les effets osseux des IA ont été évalués par comparaison avec le tamoxifène ou après un traitement par le tamoxifène. Les études récentes, qui comportent une utilisation préventive des IA chez les femmes ménopausées à haut risque de développer un cancer du sein, nous apportent de nouvelles données osseuses en s'affranchissant des effets du tamoxifène et de la chimiothérapie préalable.

auteur
centre(s) d’intérêt
Oncologie sénologie,
Rhumatologie
Mots-clés