Dossier

Cancérologie - Faut-il faire une chimiothérapie après résection d’un cancer colorectal de stade II ?

Mis en ligne le 29/02/2012

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 94,34 Ko)
L’indication d’une chimiothérapie adjuvante après exérèse d’un cancer colique de stade II reste encore un sujet à controverse. Le thésaurus national de cancérologie digestive recommande de discuter une chimiothérapie en cas de cancer colique de stade II associé à un facteur de mauvais pronostic (T4, nombre de ganglions examinés inférieur à 12, tumeur peu différenciée, invasion veineuse lymphatique ou périnerveuse, perforation et, pour certains, occlusion), en prenant en compte le statut MSI de la tumeur, les comorbidités et l’état général du patient (http:// www.tncd.org). Le traitement adjuvant n’est pas recommandé en cas de tumeur MSI puisqu’il confère un excellent pronostic au patient et qu’il est capable de prédire la résistance au 5-FU (1). L’influence du phénotype MSI sur la sensibilité à l’oxaliplatine est en cours d’exploration par l’analyse des données des études MOSAIC et NSABP-C07. En l’absence de preuve de niveau A, les schémas proposés doivent avoir peu de risque toxique (fluoropyrimidines orales ou LV5FU2). Le schéma FOLFOX4 peut se discuter, principalement chez des patients de moins de 70 ans, mais l’oxaliplatine devra être interrompue dès l’apparition d’une neurotoxicité de grade 2 (http://www.tncd.org). Niveau de preuve : accord d’experts (stade II à haut risque), grade B (stade II MSI).
auteur
Pr Aziz ZAANAN
Pr Aziz ZAANAN

Médecin
Gastro-entérologie et hépatologie
Hôpital européen Georges Pompidou, AP-HP, Paris
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Gastroentérologie,
Oncologie digestif
thématique(s)
Cancer colorectal
Mots-clés