Editorial

L'espoir de jours meilleurs…

Mis en ligne le 28/02/2023

Auteurs : Dr Jean-Luc Meynard

Lire l'article complet (pdf / 82,12 Ko)

Ce numéro florilège des meilleurs articles 2022 sélectionnés par le comité de rédaction de La Lettre de l'Infectiologue arrive dans une actualité bien sombre. L'hôpital et le système de santé sont au bord de l'implosion. Le mal ne date pas d'hier, mais les différentes réformes du système de santé ont porté sur l'hôpital des coups successifs dont il a du mal à se relever. Malgré plusieurs cris d'alerte, le décalage entre ce qui se passe en pratique sur le terrain et les réponses “administratives”, tellement décalées de la réalité, font que l'on est arrivé à un point de rupture.

C'est dans ce contexte difficile, national et international (voir l'Aparté sur le système de santé iranien de Gilles Pialoux) que ce numéro fait le point sur l'actualité scientifique de 2022. Les grands thèmes de l'infectiologie y sont représentés, à commencer par le poids du fardeau mondial de la résistance aux antibiotiques, avec un nombre de décès attribuables estimé à 1,27 million. Cette mortalité est particulièrement élevée dans les pays du Sud. Les infections respiratoires basses sont prépondérantes et le rôle de la tuberculose résistante, du SARM et des BLSE particulièrement important.

Les actualités virologiques sont marquées par la possibilité de prévention du virus respiratoire syncytial (VRS) chez les enfants prématurés tardifs ou à terme par le nirsévimab (anticorps monoclonal), avec une réduction significative des infections de l'ordre de 50 %. Pour être complet dans le domaine de la virologie, 2022 a été marquée par une épidémie d'infection par le virus monkeypox chez les HSH, avec des présentations cliniques polymorphes, responsables de 13 % d'hospitalisations dans cette série de 528 cas. Heureusement, la mise en place de la vaccination dans cette population a permis de “casser” la chaîne de transmission.

L'année 2022 a été également marquée par le 1er traitement par voie orale (nirmatrelvir/ritonavir) pour la prise en charge du Covid-19 chez des patients à haut risque non hospitalisés. Malheureusement, l'absence d'inclusion des patients vaccinés, le faible pourcentage de patients immunodéprimés et le jeune âge de la population incluse dans l'étude en limitent la portée et l'extrapolation chez les patients chez qui se pose en pratique la question de la prescription (patients vaccinés, âgés, comorbides, immunodéprimés) !

Dans le domaine de l'infectiologie, 2022 a tout de même été marquée par 2 articles majeurs pour la prise en charge des patients.

La cryptococcose, dans les pays du Sud, garde un poids considérable en termes de morbimortalité chez les patients VIH. Le schéma évaluant une dose unique d'amphotéricine B liposomale (associée à la flucytosine et au fluconazole) ouvre des perspectives nouvelles pour traiter cette infection dans les pays du Sud, où elle reste encore fréquente.

Le poids de la tuberculose résistante est également majeur dans les pays du Sud et d'Europe de l'Est, souvent associé à l'infection par le VIH. Là encore, les données de l'étude TB-PRACTECAL devraient permettre de “révolutionner” la prise en charge de la tuberculose résistante avec un traitement de 6 mois par voie orale. Que ce soit pour l'amphotéricine B liposomale ou les médicaments antituberculeux efficaces sur les souches résistantes, ces études menées dans les pays du Sud et d'Europe de l'Est n'auront de sens que si ces molécules sont mises à la disposition des pays qui en ont le plus besoin…

En termes de traitement des infections aiguës sur prothèse articulaire, la place et les modalités d'utilisation de la rifampicine (RFP) font toujours l'objet de controverses. Bien que l'étude de cohorte résumée par David Lebeaux apporte un crédit à l'utilisation de la RFP dans ce contexte, de nombreuses inconnues persistent, justifiant un essai prospectif randomisé. Les infections urinaires sont parmi les plus fréquentes en termes de consommation d'antibiotiques. La fosfomycine, habituellement cantonnée au traitement de la cystite, a été évaluée avec succès dans le traitement de relais des infections urinaires fébriles de la femme, se posant ainsi comme candidate dans cette indication thérapeutique.

Pour finir sur une note plus tropicale et mycologique, notons que Lomentospora prolificans est un champignon multirésistant émergent chez les patients immunodéprimés. L'évaluation de l'efficacité et l'innocuité de l'acoziborole dans le traitement de la trypanosomiase humaine africaine (THA) se révèle très prometteuse, permettant d'atteindre les objectifs de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) par rapport à la transmission de la THA.

Malgré un contexte général morose, toutes ces études permettent d'envisager l'avenir du traitement de pathologies émergentes ou difficiles à traiter sous de meilleurs auspices. En espérant que cela dépasse le contexte de l'infectiologie…

Bonne lecture.

Liens d'interêts

J.L. Meynard déclare ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec cet article.

auteur
Dr Jean-Luc MEYNARD
Dr Jean-Luc MEYNARD

Médecin
Pathologie infectieuse et tropicale, clinique et biologique
Hôpital Saint-Antoine, AP-HP, Paris
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Infectiologie