Dossier

Infections neuroméningées et biothérapies : l'exemple de la sclérose en plaques

Mis en ligne le 03/06/2018

Auteurs : E. Maillart, V. Pourcher

  • Le natalizumab est un traitement très efficace de la SEP, mais pourvoyeur de leucoencéphalopathie multifocale progressive (LEMP) avec une incidence de l'ordre de 4/1 000.
  • La LEMP doit être évoquée devant des symptômes neurologiques et/ou de nouveaux hypersignaux encéphaliques apparaissant sous natalizumab.
  • Pour un patient donné, un algorithme incluant la sérologie avec dosage quantitatif des anticorps anti-JCV, la durée d'exposition et les antécédents de traitements immunosuppresseurs permettent de déterminer le risque de LEMP.
  • Sous fingolimod, quelques cas de LEMP ont été décrits ainsi que des cas d'encéphalite à virus varicelle-zona (VZV) dont un mortel. En cas de sérologie VZV négative, une vaccination varicelle est proposée avant le début du fingolimod.
Liens d'interêts

V. Pourcher déclare avoir des liens d’intérêts avec Merck.

E. Maillart déclare avoir des liens d’intérêts avec Genzyme, Roche, Merck, Biogen, Teva et Novartis.

auteurs
Dr Elisabeth MAILLART

Médecin, Neurologie, Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Valérie POURCHER

Médecin, Pathologie infectieuse et tropicale, clinique et biologique, Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, AP-HP, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Infectiologie
Mots-clés