Dossier

Infections neuroméningées d'origine fongique

Mis en ligne le 03/06/2018

Auteurs : A. Serris, F. Danion, F. Lanternier

  • Cinquante pour cent des cryptococcoses neuroméningées surviennent chez des patients non infectés par le VIH dans les pays riches. Le traitement initial repose sur l'association amphotéricine B liposomale + flucytosine, suivi d'un traitement prolongé par fluconazole. Les corticoïdes ne sont pas recommandés et le contrôle de l'hypertension intracrânienne (HTIC) par la réalisation de ponctions lombaires évacuatrices répétées est un élément essentiel de la prise en charge.
  • Le voriconazole est la molécule de choix du traitement de l'aspergillose cérébrale. Il nécessite un contrôle strict des concentrations résiduelles et une adaptation des posologies des traitements immunosuppresseurs associés.
  • La réaction en chaîne par polymérase (PCR) mucorale dans le sérum permet un diagnostic rapide et précoce en cas de suspicion de mucormycose. Le traitement repose sur l'amphotéricine B liposomale à 10 mg/kg/j associée à une chirurgie d'exérèse étendue des lésions nécrotiques et à la diminution de l'immunosuppression.
  • L'histoplasmose est l'infection fongique la plus fréquente sous anti-TNF.
Liens d'interêts

A. Serris déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

F. Danion déclare avoir des liens d’intérêts avec Gilead.

F. Lanternier déclare avoir des liens d’intérêts avec MSD, Gilead et Basilea.

auteur
Dr Fanny LANTERNIER

Médecin
Pathologie infectieuse et tropicale, clinique et biologique
GH NECKER ENFANTS MALADES, PARIS CEDEX 15
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Infectiologie
thématique(s)
Méningites
Mots-clés