Aparté

N'oubliez pas les ZMT : les zoonoses médiatiquement transmissibles

Mis en ligne le 01/12/2017

Mis à jour le 04/12/2017

Auteurs : Pr Gilles Pialoux

Télécharger le pdf (pdf / 1,04 Mo)

Après la saga de la vache folle et de ses prions, après la viande de cheval maquillée en bœuf, on a frisé la crise de la vache folle II le retour avec cette information du Canard enchaîné datée du 24 octobre selon laquelle “près de 3 000 tonnes de viande contaminée par la tuberculose seraient vendues chaque année en France”. De la viande bovine tuberculeuse dans nos assiettes ? Si des lecteurs de  La Lettre de l'Infectiologue peuvent avoir “zappé” cette information, peu de patients y ont échappé. Toute la presse a en effet relayé l'information du Canard enchaîné, parfois avec des points d'interrogation, parfois en oubliant bovis après tuberculose, de La Voix du Nord au Le Parisien, en passant par 20 minutes et BFM TV, de Ouest France à France Info TV (1-3). Journalistiquement, c'est un bon coup ; sanitairement, l'information va probablement faire pschitt.

Voici un bref résumé de l'affaire : le règlement européen qui régit le commerce des viandes et produits d'origine animale (règlement européen 854/2004) laisse un interstice discutable avec cette assertion : “lorsqu'une lésion tuberculeuse a été découverte dans les ganglions lymphatiques d'un seul organe ou d'une seule partie de la carcasse, seul cet organe ou cette partie de la carcasse et les ganglions lymphatiques connexes doivent être déclarés impropres à la consommation humaine”. En gros, si l'animal est atteint de Mycobacterium bovis, mais présente des organes non touchés, ces derniers sont déclarés propres à la consommation… Le palmipède déchaîné a mené l'enquête et, selon lui, cette viande est “vendue en barquettes premier choix” car la quasi-totalité des bovins exécutés pour cause de tuberculose sont en effet des races à viande, proposées plus chères que la vulgaire vache de réforme, il s'agirait au bas mot de 8 000 vaches. Soit 3 000 tonnes de viande sur les quelques millions que consomment annuellement les Français.

Avec une telle info, bien obligé de s'en retourner vers PubMed. S'il est vrai qu'un certain nombre de revues, et notamment le Lancet Infectious Diseases (4), en appellent à bien faire la distinction microbiologique entre Mycobacterium bovis et de Mycobacterium tuberculosis chez les humains de par le monde, l'appel de l'OMS en faveur d'une éradication de la tuberculose pour 2035 pourrait se passer de cette distinction et de la zoonose qui s'y rapporte. Aux États-Unis, CDC a établi l'importance de Mycobacterium bovis entre 2006 et 2013, avec des prévalences qui rejoignent les prévalences observées en Europe, en tout cas inférieures à 2 % avec un rang de 1,3 à 1,6 % des cas de tuberculose dues à Mycobacterium bovis (4). Les éditorialistes soulignent les particularités de cette zoonose causée essentiellement par une transmission aérienne chez les professionnels ainsi que, dans une certaine mesure, aux États-Unis, par l'ingestion de produits laitiers non pasteurisés, et de rappeler que dans beaucoup de pays dans le monde, le diagnostic de tuberculose s'arrête à l'identification du complexe M. tuberculosis, utilisant notamment des techniques telles que GeneXpert® MTB/RIF. L'étude du CDC d'Atlanta rappelle également que les formes humaines de M. bovis sont essentiellement, ou quasi exclusivement, des manifestations extrapulmonaires avec des facteurs de risque tels que l'âge et le sexe féminin aux États-Unis (5). Plus proche de nous, une récente étude italienne donne des prévalences de 1,76 % à Bologne (6). Enfin, on retiendra que, dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire, pour ce qui est de la situation française, une incidence annuelle de 0,07 pour 100 000 habitants et des prévalences entre 2003 et 2009 de 1,6 à 3,2 % ont été établies. Le décorticage des quelques dizaines de cas d'infection humaine à Mycobacterium bovis, comme cela a été fait en 1995, affirmait la surreprésentation professionnelle, et aucun argument n'était en faveur d'une pandémie (7, 8).

Très peu d'articles ont rappelé, enfin, que l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation de l'environnement du travail (Anses) avait déclaré la France comme “indemne de la tuberculose bovine” dès 2001, malgré la persistance chaque année de quelques centaines de foyers d'élevage infectés dans certains départements. Au-delà du dégonflage de l'information, d'aucuns ont remarqué le pied de nez socioéconomique de cette affaire : la tuberculose, maladie de la précarité, que l'on retrouverait dans sa forme bovine dans les barquettes de viande plutôt haut de gamme.

Références

1. http://www.leparisien.fr/societe/de-la-viande-de-vaches-malades-de-la-tuberculose-serait-vendue-en-france-25-10-2017-7354362.php.

2. http://www.bfmtv.com/sante/que-risque-t-on-a-manger-de-la-viande-bovine-tuberculeuse-1287097.html.

3. https://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/comment-de-la-viande-bovine-tuberculeuse-peut-se-retrouver-dans-nos-assiettes_1955080.html.

4. Olea-Popelka F, Muwonge A, Perera A et al. Zoonotic tuberculosis in human beings caused by Mycobacterium bovis-a call for action. Lancet Infect Dis 2017;17(1):e21-e25.

5. Scott C, Cavanaugh JS, Pratt R, Silk BJ, LoBue P, Moonan PK. Human Tuberculosis Caused by Mycobacterium bovis in the United States, 2006-2013. Clin Infect Dis 2016;63(5):594-601.

6. Lombardi G, Botti I, Pacciarini ML, Boniotti MB, Roncarati G, Dal Monte P. Five-year surveillance of human tuberculosis caused by Mycobacterium bovis in Bologna, Italy: an underestimated problem. Epidemiol Infect 2017;145(14):3035-9.

7. Antoine D, Schwoebel V, Veen J, Raviglione M, Rieder HL. Surveillance de la tuberculose dans la Région Europe de l’OMS, 1995-1996. Bull Epidemiol Hebdo 1998;48:209-11.

8. Boulahbal F, Robert J, Trystram D et al. La tuberculose humaine à Mycobactérium bovis en France durant l’année 1995. Bull Epidemiol Hebdo 1998;48:207-8.

Liens d'interêts

G. Pialoux déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

auteur
Pr Gilles PIALOUX
Pr Gilles PIALOUX

Médecin
Pathologie infectieuse et tropicale, clinique et biologique
Hôpital Tenon, AP-HP, Paris
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Infectiologie
Mots-clés