Dossier

Un polyparasitisme au retour d'Afrique centrale ne doit pas faire oublier la loase

Mis en ligne le 30/08/2022

Auteurs : C. Boullé, C.B. Chesnais

  • Monsieur M., un homme de 28 ans originaire du Cameroun et arrivé en France depuis 2 ans, consulte son médecin traitant pour des symptômes cutanés et digestifs faisant découvrir plusieurs infections parasitaires potentiellement responsables d'hyperéosinophilie. Après un traitement anti­parasitaire, il développe des complications neurologiques justifiant une recherche étiologique ciblée.
Liens d'interêts

C. Boullé et C.B. Chesnais déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec cet article.

auteur
centre(s) d’intérêt
Infectiologie
Mots-clés