Dossier

Infiltrations de corticoïdes dans l'épaule : problèmes pratiques

Mis en ligne le 15/12/2016

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 693,82 Ko)
  • La glycémie augmente après une infiltration de corticoïdes de l'épaule, quels que soient le produit et la voie d'abord, de manière modérée (0,3 à 1,2 mg/l), pendant 2 ou 3 jours, avec un pic à 24 heures.
  • Il n'y a pas de risque particulier si la glycémie à jeun est inférieure à 2,5 g/l et/ou si l'hémoglobine glyquée est inférieure à 10 %.
  • Il est inutile, voire dangereux, d'arrêter les antiagrégants plaquettaires ou les anti-vitamines K pour réaliser une infiltration de l'épaule.
  • Il n'y a pas de contre-indication à réaliser une infiltration de l'épaule en cas de lymphoedème dans les suites d'une chirurgie pour cancer du sein.
Liens d'interêts

P. Goupille déclare ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec cet article.

auteur
centre(s) d’intérêt
Rhumatologie
Mots-clés