Congrès/Réunion

Polyarthrite rhumatoïde : pathogénie et clinique

Mis en ligne le 07/02/2017

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 1,86 Mo)
  • Aggregatibacter actinomycetemcomitans est une nouvelle bactérie capable d'induire de la citrullination et de la NETose chez les patients atteints de PR avec parodontite.
  • Prevotella copri est un agent pathogène capable d'induire une réponse immunitaire adaptative et humorale à un stade précoce de la PR.
  • Stress, transfusion, temps : quels sont les effets de ces facteurs environnementaux sur la PR ?
  • Les anticorps anti-peptides acétylés sont de nouveaux autoanticorps de la PR, prédictifs d'une réponse au traitement.
  • Les anticorps anti-PAD2 sont associés à des formes bénignes de PR.
  • La calprotectine sérique est un facteur prédictif de la progression structurale de la PR et de poussée dans les rhumatismes inflammatoires périphériques en faible activité traités par anti-TNF.
  • Le traitement par certolizumab pégol peut être poursuivi pendant l'allaitement.
Liens d'interêts

Jacques Morel déclare avoir des liens d’intérêts avec AbbVie, BMS, Sanofi, Medac, Roche, Chugai, MSD et Pfizer.

Cécile Gaujoux-Viala déclare avoir des liens d’intérêts avec AbbVie, BMS, Celgene, Janssen, Medac, MSD, Nordic Pharma, Pfizer, Sanofi, Schering, Roche, Chugai et UCB.

auteurs
Pr Jacques MOREL

Médecin, Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie, CHRU, Montpellier, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Cécile GAUJOUX-VIALA

Médecin, Rhumatologie, Hôpital Carémeau, CHU, Nîmes, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Rhumatologie
thématique(s)
Polyarthrite rhumatoïde
Mots-clés