Mise au point

Prise en charge chirurgicale ou non de la rupture du ligament croisé antérieur : résultats et risque arthrogène

Mis en ligne le

Auteurs : F. Sailhan, P. Ribinik

  • Toute lésion isolée du ligament croisé antérieur (LCA) ne nécessite pas systématiquement une reconstruction chirurgicale. L'instabilité fonctionnelle est le principal symptôme qui conduit à envisager une ligamentoplastie. L'objectif de la prise en charge d'un LCA rompu est de contrôler l'instabilité, soit par la ligamentoplastie, soit par un reconditionnement musculaire optimal, et de limiter ainsi le risque de lésion méniscale secondaire. Le risque arthrogène existe, quelle que soit la solution thérapeutique choisie.
Liens d'interêts

Les auteurs n’ont pas précisé leurs éventuels liens d’intérêts.

auteurs
Dr Frédéric SAILHAN

Médecin, Chirurgie orthopédique et traumatologique, Hôpital Cochin, Paris ; clinique Arago, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Patricia RIBINIK

Médecin, Médecine physique et réadaptation, Centre hospitalier, Gonesse, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Médecine physique & réadaptation,
Rhumatologie
thématique(s)
Arthrose
Mots-clés