Mise au point

Toxicité des immunothérapies en rhumatologie

Mis en ligne le 31/05/2021

Auteurs : M. Kostine

Loin d'être au premier plan, la toxicité ­rhumatologique des immunothérapies concerne pourtant entre 5 et 10 % des patients. La physiopathologie de ces rhumatismes induits est incertaine, et diffère ­probablement de nos rhumatismes inflammatoires ou maladies auto-­immunes classiques par leur évolution, la ­prédominance masculine et l'absence fréquente d'auto­anticorps. Leur prise en charge nécessite une collaboration étroite entre l'oncologue, le rhumatologue et le patient, afin de soulager rapidement le patient, de préserver sa qualité de vie et de maintenir l'efficacité antitumorale. Pour cela, la corticothérapie et, si besoin, d'autres traitements immunosuppresseurs ou immunomodulateurs seront utilisés.

Liens d'interêts

M. Kostine déclare ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec l’article.

auteur
Dr Marie KOSTINE
Dr Marie KOSTINE

Médecin
Rhumatologie
Chu pellegrin, Bordeaux
France
Contributions et liens d'intérêts

centre(s) d’intérêt
Rhumatologie
Mots-clés