Infectiologie

Traitement anti-infectieux des infections digestives chez l'enfant

Mis en ligne le 30/10/2022

Auteurs : R. Cohen, P. Minodier, I. Hau, A. Filleron, P. Callamand, A. Werner, H. Haas, F. Thollot, E. Desselas, E. Jeziorski, J. Raymond, M. Bellaïche

  • Les gastroentérites sont le plus souvent d'origine virale, rotavirus et norovirus étant les virus les plus fréquemment en cause chez les jeunes enfants. Les PCR multiplex effectuées à partir des selles permettent de détecter des bactéries, des virus ou des parasites responsables ou non de la gastroentérite. Si le profil étiologique de ces infections digestives a grandement bénéficié de la PCR, la présence de pathogènes potentiels ne justifie pas de traitement anti-infectieux en dehors de pathologies sous-jacentes. En effet, parmi les causes bactériennes, très peu nécessitent un traitement antibiotique en dehors des shigelloses, des formes graves de salmonellose et une partie des infections à Campylobacter sp. L'évolution de la résistance aux antibiotiques des salmonelles, shigelles et campylobacter est préoccupante dans le monde, limitant les options thérapeutiques. Les antibiotiques proposés dans ce guide sont en accord avec les recommandations communes de l'European Society of Paediatric Infectious Diseases et l'European Society for Paediatric Gastroenterology Hepatology and Nutrition (ESPGHAN). L'azithromycine est préférentiellement utilisée pour traiter les infections à Shigella sp. ou à Campylobacter sp. La ceftriaxone et l'azitrhomycine sont recommandées pour traiter les salmonelloses nécessitant une antibiothérapie. Les traitements empiriques, sans identification bactérienne, ne sont pas indiqués en dehors d'un sepsis sévère ou chez des sujets à risque (drépanocytose par exemple). La prescription de métronidazole pour une amibiase intestinale aiguë ne doit être faite qu'après confirmation microbiologique
Liens d'interêts

R. Cohen, P. Minodier, I. Hau, A. Filleron, A. Werner, H. Haas, J. Raymond, F. Thollot, M. Bellaïche, E. Desselas et E. Jeziorski déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec cet article. Autres liens d’intérêts disponibles sur le site Transparence. Gouv.

auteurs
Pr Robert COHEN

Médecin, Pédiatrie, CHI de Créteil, Créteil, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Philippe MINODIER

Médecin, Pédiatrie, Hôpital Nord, CHU, Marseille, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Isabelle HAU

Médecin, Pédiatrie, CHI de Créteil, Créteil, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Hervé HAAS

Médecin, Pédiatrie, Centre hospitalier Princesse Grace (CHPG), Monaco, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Josette RAYMOND

Médecin, Pathologie infectieuse et tropicale, clinique et biologique, St-Maur des Fossés, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Marc BELLAÏCHE

Médecin, Pédiatrie, Hôpital Robert-Debré, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Pédiatrie