Dossier

Inhibiteurs des points de contrôle de l'immunité : toxicités dermatologiques, digestives, rénales, cardiologiques, neurologiques et toxicités rares

  • Les indications des inhibiteurs des points de contrôle de l'immunité sont de plus en plus variées ; le nombre de patients exposés à leurs toxicités est donc de plus en plus important.
  • Les toxicités dermatologiques comprennent l'exanthème maculopapuleux, le vitiligo, l'atteinte des muqueuses et, parfois, l'apparition de véritables pathologies dermatologiques spécifiques.
  • Les toxicités digestives sont marquées par les diarrhées, les colites, les cytolyses hépatiques et une ­élévation de la lipase.
  • L'atteinte rénale est liée à une néphrite tubulo-interstitielle aiguë (parfois granulomateuse) ou à un syndrome néphrotique (néphrite lupique ou syndrome néphrotique par lésions glomérulaires minimes).
  • La prise en charge repose sur la corticothérapie, avec parfois un recours à des traitements immunosuppresseurs.

Les inhibiteurs des points de contrôle de l'immu­nité (IPCI) sont actuellement les immunothérapies les plus avancées dans le traitement du cancer et ont clairement modifié le pronostic d'un grand nombre de maladies. Ils ont d'ores et déjà obtenu plusieurs autorisations de mise sur le marché, et de nouvelles indications sont attendues prochainement. Ces molécules ont été rapidement utilisées en pratique clinique, alors même que leur profil de toxicité n'était pas entièrement connu et que leur prise en charge était non standardisée.Il existe 2 principales catégories d'IPCI :les inhibiteurs…

L’accès à la totalité de l’article est protégé




Liens d'intérêt

V. Sarradin déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

Les autres auteurs n’ont pas précisé leurs éventuels liens d’intérêts.