Dossier

Suivi des patients atteints d’un cancer bronchique métastatique traités par immunothérapie

  • L’enjeu du suivi des patients longs répondeurs à l’immunothérapie est de détecter les récidives et/ou 2es cancers, de prendre en charge les toxicités chroniques liées à l’immunothérapie, tout en assurant la prise en charge globale du patient (comorbidités, sevrage tabagique, etc.).
  • Les patients en réponse partielle ou complète ont plus de chances d’être des longs répondeurs. Le risque de progression sous immunothérapie diminue au cours du temps.
  • Les oligoprogressions sont plus fréquentes à distance du début de l’immunothérapie, tandis que les évolutivités multisites sont plus précoces.
  • Les sites d’oligoprogression les plus fréquents sont le poumon et les aires ganglionnaires.
  • Sevrage tabagique et réhabilitation respiratoire ont leur place dans le suivi à long terme des patients répondeurs à l’immunothérapie.

Pour ceux d’entre nous ayant commencé leur pratique avant l’avènement de l’immuno­thérapie, discuter le suivi “à long terme” chez nos patients atteints d’un cancer pulmonaire de stade avancé aurait pu paraître impensable. Comment surveiller un cancer métastatique traité avec succès ? Comment garantir le suivi des éventuelles complications chroniques induites par le traitement, ou celles susceptibles de survenir ? Toutes ces nouvelles questions ont émergé avec…

L’accès à la totalité de l’article est protégé




Liens d'intérêt

T. Papazyan et E. Pons-Tostivint déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec cet article.