Mise au point

Cancer du rein métastatique : individualisation des posologies, contrôle pharmacocinétique et rôle dans la désescalade thérapeutique

La prise en charge du cancer du rein avancé a bénéficié des dernières avancées en matière d’innovation pharmaceutique, avec le recours aux immunothérapies anti-PD-1 ou anti-CTLA-4 associées entre elles ou à des thérapies ciblées orales multicibles anti­angiogéniques. Bien que présentant une fenêtre thérapeutique plus large que celle de la chimio­thérapie cytotoxique, la question de l’individualisation des schémas posologiques demeure entière pour le patient atteint d’un cancer du rein métastatique. La problématique d’un éventuel surtraitement des patients sous immuno­thérapie et les possibilités d’une désescalade thérapeutique restent à évaluer.


Le traitement du cancer du rein a connu, au cours des 2 dernières décennies, une série d’innovations de rupture avec tout d’abord l’arrivée des thérapies multi­cibles anti­angiogéniques, comme le sunitinib, qui a changé l’histoire de la maladie [1], puis des inhibiteurs de points de contrôle immunitaire (pembrolizumab, nivolumab et ipilimumab [2]), utilisés en combinaison ou associés aux thérapies ciblées orales [3]. Au-delà du sunitinib, de nombreuses autres…

L’accès à la totalité de l’article est protégé




Liens d'intérêt

J. Ciccolini déclare ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec cet article.