Dossier

Paludisme chez la femme enceinte : aspects pronostique et thérapeutique

  • Le paludisme au cours de la grossesse est plus fréquent chez les femmes primipares et durant les 1er et 2e trimestres.
  • Dans les zones de forte transmission, le paludisme pendant la grossesse expose à des risques ­importants pour la santé materno-fœtale avec anémie progressive, faible poids à la naissance et une mortalité ­périnatale accrue.
  • Dans les zones de faible transmission, les femmes enceintes sont à risque de paludisme grave avec une mortalité d’environ 50 %.
  • Le traitement curatif d’un accès palustre non compliqué ou grave chez la femme enceinte ou allaitante repose sur les dérivés de l’artémisinine (ACT et artésunate intraveineux respectivement).
  • Chez la femme enceinte ou allaitante voyageuse, la chimioprophylaxie repose sur l’atovaquone-­proguanil en 1re ligne.

Le paludisme au cours de la grossesse présente des enjeux majeurs de santé publique, pour la femme, l’enfant à naître (impact en termes de morbimortalité) et la communauté tout entière [1]. Épidémiologie, impact de l’infection chez la femme enceinte, l’enfant à naître et la communauté Le paludisme reste et demeure un problème majeur de santé publique (figure 1). En 2021, l’OMS établit à 247 millions le nombre de cas de paludisme…

L’accès à la totalité de l’article est protégé




Liens d'intérêt

M. Cresta et S. Jauréguiberry déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec cet article.