Mise au point

Les effets extraosseux des traitements de l'ostéoporose

  • Les mesures générales prescrites au cours de l'ostéoporose (activité physique, sevrage du tabac, etc.) contribuent à diminuer les risques de maladie cardiovasculaire et de cancer.
  • Le raloxifène réduit le risque de fracture vertébrale et diminue de 50 % le risque de cancer du sein chez la femme ménopausée. Le dénosumab réduit le risque de fracture vertébrale et non vertébrale, mais n'a pas d'effets extraosseux favorables démontrés.
  • Les essais randomisés suggèrent que les bisphosphonates, en particulier l'acide zolédronique, réduisent le risque de syndrome coronarien et de décès d'origine cardiovasculaire.
  • Les bisphosphonates ont une activité antitumorale, démontrée dans plusieurs essais randomisés réalisés au décours du cancer du sein. Des ­recommandations européennes et nord-américaines proposent de les utiliser largement, en présence ou en l'absence d'ostéoporose, au décours du cancer du sein opéré, pour réduire le risque de rechute tumorale métastatique et de décès.

Pourquoi s'intéresser aux effets extraosseux favorables des traitements de l'ostéoporose ?Les traitements de fond de l'ostéoporose sont très efficaces : maintien ou amélioration de la densité osseuse, réduction drastique du risque de fracture ostéoporotique vertébrale ou non vertébrale, réduction du risque d'hospitalisation pour fracture et réduction de la mortalité postfracture, bien démontrée pour l'acide zolédronique i.v. Pour autant, la mise en œuvre des traitements après une fracture ostéoporotique demeure très insuffisante en France et en Europe : moins de 20 % des patients reçoivent…

L’accès à la totalité de l’article est protégé




Liens d'intérêt

E. Legrand, B. Bouvard et E. Hoppé déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec cet article.