Mise au point

Chirurgie de l’arthrose digitale : place de la dénervation articulaire interphalangienne proximale et méta­carpo­phalangienne

  • La dénervation articulaire constitue une option valable dans le traitement chirurgical de l’arthrose des articulations interphalangiennes proximales et métacarpophalangiennes.
  • Elle peut être indiquée en cas d’arthrose symptomatique, avec conservation d’un secteur de mobilité fonctionnel de 50° de volant de flexion-extension permettant la plupart des activités de la vie courante.
  • Une arthroplastie prothétique est plutôt indiquée en cas d’arthrose symptomatique avec raideur ­importante en deçà du secteur fonctionnel. Une clinodactylie importante n’est pas une contre-indication à la ­dénervation contrairement à l’arthroplastie prothétique.
  • L’arthrodèse interphalangienne proximale est réservée aux lésions articulaires très évoluées, aux échecs des autres méthodes ou aux travailleurs de force. La chirurgie de dénervation articulaire n’exclut pas une arthroplastie prothétique ultérieure. Les complications à type de paresthésies pulpaires transitoires sont peu fréquentes.

L’arthrose digitale est une affection très fréquente, polymorphe, aux conséquences variables en termes d’intensité des douleurs, de gêne fonctionnelle et esthétique. Bien que l’articulation interphalangienne distale (IPD) soit le siège le plus fréquent de l’arthrose des doigts longs, l’articulation interphalangienne proximale (IPP) est à l’origine d’un handicap fonctionnel plus important lorsqu’elle est symptomatique [1]. Il en est de même de l’arthrose métacarpophalangienne (MCP), laquelle, bien moins fréquente, est observée notamment en post-traumatique, d’origine microtraumatique [2], postinfectieuse…

L’accès à la totalité de l’article est protégé




Liens d'intérêt

M. Chammas, P.E. Chammas, A. Dorfmann, B. Coulet et C. Lazerges déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.