Dossier

Traitements personnalisés du CBNPC : faut-il une évaluation post-thérapeutique personnalisée ?

Mis en ligne le 24/05/2016

Auteurs :

Recommandé par 1 personne

Lire l'article complet (pdf / 361,49 Ko)
  • RECIST 1.1 doit être adapté aux thérapeutiques ciblées cytostatiques.
  • RECIST 1.1 n'est pas l'unique biomarqueur déterminant la poursuite ou l'arrêt du traitement par inhibiteur de tyrosine kinases ; l'état clinique du patient et la bonne tolérance de la thérapeutique entrent en compte.
  • Une pseudoprogression est observée chez 5 à 7 % des patients sous immunothérapie, imposant la personnalisation de l'évaluation selon les critères IRC ou irRECIST 1.1.
  • Compte tenu de ces variations de l'évaluation post-thérapeutique, le cancérologue doit préciser au radiologue le type de traitement utilisé afin de modifier les critères de réponse en conséquence.
auteurs
Pr Gilbert FERRETTI

Médecin, Imagerie médicale, Clinique universitaire de radiologie et imagerie médicale, CHU Albert Michallon, Grenoble, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Emilie REYMOND

Médecin, Imagerie médicale, CHU, Grenoble, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Anne-Claire TOFFART

Médecin, Pneumologie, CHU, Grenoble, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Linda SAKHRI

Médecin, Pneumologie, CHU, Grenoble, France

Contributions et liens d’intérêts
Dr Adrien JANKOWSKI

Médecin, Imagerie médicale, CHU, Grenoble, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Denis MORO-SIBILOT

Médecin, Pneumologie, CHU de Grenoble-Alpes, Grenoble, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Oncologie générale,
Oncologie thoracique
Mots-clés