Dossier

Épidémiologie de la PR et des maladies auto-immunes

Mis en ligne le 29/01/2010

Auteurs :

Lire l'article complet (pdf / 286,92 Ko)
  • Environnement. L’exposition à certaines substances chimiques toxiques pourrait être responsable du développement de maladies auto-immunes. Le tabac est associé à un plus fort taux de non-réponse au méthotrexate et aux anti-TNFα.
  • Morbidité-mortalité. Une réduction de la mortalité globale et de la morbidité coronarienne a été observée durant la dernière décennie ; cela pourrait traduire une plus grande efficacité des traitements actuels. Le score de risque cardiovasculaire de Framingham sous-estime le risque cardiovasculaire de la PR, car il ne prend pas en compte les facteurs propres à la PR (inflammation). Le profil lipidique des PR récentes et non traitées est plutôt bas comparé à celui de la “population générale”. Les anti-TNF entraînent une augmentation transitoire des composants lipidiques. [...] 
auteurs
Pr Bruno FAUTREL

Médecin, Rhumatologie, Groupe hospitalier de la Pitié-Salpêtrière, AP-HP, Paris, France

Contributions et liens d’intérêts
Pr Jacques MOREL

Médecin, Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie, CHRU, Montpellier, France

Contributions et liens d’intérêts
centre(s) d’intérêt
Rhumatologie
thématique(s)
Polyarthrite rhumatoïde
Mots-clés